Les 6611 perles de tout le monde

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

Tu fais comment pour aller à Honfleur?

 
 

Tu fais comment pour aller à Honfleur?

 
 

Tu fais comment pour aller à Honfleur?

 
 

Je vais vous faire passer l’envie d’avoir des impulsions, moi.

 
 

J’aime bien introduire, finalement.

 
 

Ca ta coûté un bras, alors que tu lui avais demandé que sa main?

 
 

Sourd, mais pas con!

 
 

">";

 
 

test

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

Chassez l’intégriste, il revient à Charlie Hebdo.

 
 

Chassez l’intégriste, il revient à Charlie Hebdo.

 
 

Tu verras, quand tu seras vieux ET noir. C’est qu’une question de temps.

 
 

J’applaudis l’audace, mais c’est pas très convaincant.

 
 

Je n’en dirai pas plus. Mais je n’en pense pas moins.

 
 

Je tente le Q

 
 

Je tente le Q

 
 

Je tente le Q

 
 

Je tente le Q

 
 

Je tente le Q

 
 

Je tente le Q

 
 

Je tente le Q

 
 

Il a pas daigné, il a pas d’eau gazeuse!

 
 

Il a pas daigné, il a pas d’eau gazeuse!

 
 

On brandera quand on aura envie de brander.

 
 

On brandera quand on aura envie de brander.

 
 

Ce qui compte, c’est l’architecture intérieure.

 
 

J’ai tendance à vouloir mettre les points sur les I.

 
 

Mais on s’en fout, de tout ça! On est dans le cosmique, on fait dans le milliard. Tout ce qui compte c’est que ça aille bien pour ma famille, pour mes amis (dont vous faites partie) et pour le reste, merde bien!

 
 

J’aime bien quand je fais la fondue, parce que c’est Masky qui la fait.

 
 

J’ai super envie de prendre. Mais pas ce soir, parce que j’ai mal à la tête.

 
 

Même dans la Broye on peut avoir de l’esprit.

 
 

C’est qui qui prend le Q? C’est la plus grosse!

 
 

La raison pour laquelle on sait pas, c’est qu’on sait pas.

 
 

Je suce, c’est une merveille.

 
 

Tu as le zeste bien urbain, Tcharles!

 
 

Il nous a fallu 17 ans pour apprendre que Tcharles avait une deuxième recette!

 
 

Le Laos, c’est un peu l’Alsace de la Thaïlande, non?

 
 

Notre nouvelle conseillère fédérale nous fait bien chier.

 
 

Cette nuit, Rennie sera mon amie.

 
 

Pis tu m’avales tout ça, parce que j’ai tout vu!

 
 

Pis tu m’avales tout ça, parce que j’ai tout vu!

 
 

Je bouffe à tous les râteliers.

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

Un calendrier coquin, c’est des petits cadeaux à mettre dans le Q!

 
 

Pourtant y a des nazis! Tu devrais bien aimer, Tcharles!

 
 

C’est une toute petite série, légèrement amusante. Le Friends du pauvre.

 
 

HAAAA HAHAHAHAAAA!

 
 

J’ai le troisième œil ouvert, tu dis? C’est mon anus!

 
 

Entre une fade réalité et une belle légende, on imprime la belle légende!

 
 

Ils sont suisses, Toto?

 
 

C’est la première fois du first où on arrive à se réunir dans tous les connards!

 
 

L’hippopotame est un loup pour l’hippopotame.

 
 

L’hippopotame est un loup pour l’hippopotame.

 
 

Avec du cognac, c’est jamais écœurant.

 
 

Je me souviens pas de ce que je fais le premier soir.

 
 

On, c’est moi.

 
 

Toi t’es comme Yann Moix, Gromar. Avec toutes les conneries que tu dis, tu devrais vendre plein de bouquins!

 
 

Nous avons un père collateur toujours actif.

 
 

On pourrait échanger Glaris contre la Sardaigne.

 
 

En fait, je me rends compte qu’un cendrier en bois, ça vieillit pas très bien.

 
 

Je suis aussi béarnais que les Béarnais.

 
 

Du coup t’es moins pour la partouze.

 
 

Je suis aussi béarnais que les Béarnais.

 
 

La liberté de ton s’arrête là où les sushis commencent.

 
 

Ma femme est une aliénée, au sens marxiste: c’est une tessinoise.

 
 

Le Château Bonet, il fait le boire très froid. Sinon tu sens le goût qu’il a vraiment.

 
 

Gromar vient toujours très tôt, parce qu’il a peur de rater quelques verres. Pour une fois qu’il boit autre chose que du Château Bonet...

 
 

La morale sicilienne, c’est un peu comme l’honnêteté sarde.

 
 

L’autodérision, c’est mon fort.

 
 

Moi je commande des Royal Cheese sans fromage pour jouer avec l’industriel. T’es obligé.

 
 

T’étais à gauche quand t’étais jeune? Ça vaut mieux! Quand tu commences à droite, ça finit très mal.

 
 

Y a des trucs que je fais volontairement pour vous faire parler parce que je sais que vous aimez ça, surtout toi, Boucher.

 
 

Mais va te faire opérer des mains, Boule de poils!

 
 

C’est qui Gromar?

 
 

M’en fous, j’irai laper dans la poubelle!

 
 

Vous êtes-vous dans ma tête, c’est affreux!

 
 

La boulette, c’est fake news, quand même un peu.

 
 

Il paraît qu’il est à Londres, Gromar. Enfin, c’est ce qu’il a dit à sa femme.

 
 

Tiens, y a encore du blanc. Ah oui, c’est juste, Gromar est pas là.

 
 

Je suis donc le seul représentant de la génération dite «finale».

 
 

Je ne la noterai pas, par respect pour nos lectrices.

 
 

Le meilleur simulateur, c’est toi.

 
 

Y a peut-être des trous que dans un sens?

 
 

C’est comme nous: nous sommes tous d’immenses plaisirs esthétiques.

 
 

Je suis d’humeur verseuse.

 
 

Surtout s’il pisse aussi

 
 

Ah oui mais qui ne dit mot consent.

 
 

Moi j’aime bien l’ouvrir en public.

 
 

Moi chuis obligé de vous dire qu’il y a un truc bizarre avec la bifle.

 
 

Y a un truc qui vous fait chier? Ben faut l’arrêter.

 
 

J’ai des bons souvenirs de Thurgovie. C’est là que je me suis déniaisé. Dans une chartreuse. Et même pas avec un moine, avec une Grisonne.

 
 

Au mois prochain!

 
 

Ah mais c’est intéressant!

 
 

La biffle ne fait pas le moine.

 
 

Faut reconnaître que quand le président est pas là, on mange mieux!

 
 

C’est un château pute russe

 
 

Moi je suis plutôt socialiste, mais j’aime bien avoir des amis milliardaires.

 
 

Ah, « à la gauche» quel que soit le sens?

 
 

Espèce de patte d’ours à la con!

 
 

Gromar, il parle, il perle.

 
 

On te fait confiance, Gromar. T’as grandi à Belmont.

 
 

Y a peu d’humanité dans le wasabi.

 
 

Nom mais moi quand je joue au foot, je dépense au moins 10 millions de calories. Alors quand je rentre, il faut que je bouffe sinon je meurs.

 
 

En tapant, ça finit toujours par rentrer.

 
 

J’espère que dans Forza 4, on pourra mettre plus que 550 voitures dans le garage. Parce que là c’est quand même limite...

 
 

Je pense que les végétariens ont une sexualité déviante.

 
 

Ah ben du coup, je vais simplifier le menu. C’était juste pour impressionner le Boucher.

 
 

Les larmes me montent aux yeux.

 
 

Et dire que ma femme pense que je suis à Ibiza!

 
 

P*tain, chuis presque diminué. Et pourtant je fais des efforts.

 
 

Rien de tel pour de remettre d’une biture!

 
 

J’ai fait une petite pancarte mentale.

 
 

Est-ce que ça serait pas un bon soir pour fonder l’association Cornhole Suisse?

 
 

J’ai fait une petite pancarte mentale.

 
 

Il est bon d’être économe de son mépris.

 
 

J’ai fait une petite pancarte mentale.

 
 

Mais t’as pas pris du bon, plutôt, Oenophil?

 
 

C’est vrai que tu es quand même très très fourni, boule de poils.

 
 

Le président n’est pas là, alors on profite de manger... des chips au trèfle o_O

 
 

J’avais pas tellement envie de passer dans ton rot, Œnophil.

 
 

J’avais pas tellement envie de passer dans ton rot, Œnophil.

 
 

Un appartement a plusieurs trous du Q.

 
 

Ça donne un côté panier à salade qui est tout à fait intéressant.

 
 

Et dire que ma femme me croit à Londres!

 
 

Flambé au whisky, c’est le meilleur sort qu’un tofu fumé puisse espérer.

 
 

Mon arbre parle pour moi.

 
 

Une fois que tu as sodomisé quelqu’un, tu sais plus trop quoi lui dire.

 
 

Moi j’utilise la merde qu’on me tend.

 
 

Je suis un exemple pour vous tous.

 
 

Mieux vaut le silence que de la musique de m*rde.

 
 

Ah, il paraît que Johnny est mort.

 
 

Moi, je me demande comment je serais sur j’étais en situation de pouvoir...

 
 

Moi, je me demande comment je serais sur j’étais en situation de pouvoir...

 
 

Tu es un moulin qui soliloque et qui s’auto-masturbe.

 
 

Moi quand je roule dans ma Porsche, j’écrase tout le monde! Je leur demande pas s’ils sont riches ou pauvres avant.

 
 

Le batteur tu le connais, c'est ton frangin!

 
 

Ce qui se passe derrière, c'est intéressant QUAND il se passe quelque chose derrière.

 
 

J'adore quand le président fait du dataporn

 
 

Le Président a failli nous appeler. Enfin non, il a failli tout court.

 
 

Comme punition, je propose qu'on réintègre le Boucher.

 
 

J'ai pas du tout envie de lancer une bombe au napalm À CÔTÉ du brasero.

 
 

As-tu carressé l'épiderme de mon rutilant véhicule?

 
 

Un autre test

 
 

test

 
 

Je constate qu'il y a quand même plus con que moi.

 
 

Apparemment, c'était pas que dehors.

 
 

Je vais l'attribuer à la Boule de poils, pour le faire chier.

 
 

Mozart est Mozart, même quand il ne joue plus.

 
 

Le monde entier, c'est un minimum !

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)

 
 

« Aaaaah, qu'est-ce qu'on est bien sur cette terrasse ! »
(Tous)

« Et en plus, Gromar est pas là ! » (Jean-Marc)

 
 

« Je comprends, je comprends... Non, en fait je ne comprends pas. Mais je vois. »

(Jean-Charles, 3 mai 2006)

 
 

« Je ne peux pas en vouloir à vous, qui êtes des carnassiers, des tueurs-nés. Mais je pensais qu'elle, au moins... (sanglot) »

(Marc, 12 juillet 2006)

 
 

« Ce n'est pas un membre permanent, parce qu'il n'est jamais là. »

(Romain, 12 juillet 2006)

 
 

« Des fois, on comprend les pédés ! »

(Daniel, 12 juillet 2006)

 
 

« Pourquoi il meurt pas ? » (Jean-Louis)

« Si tu le tues, il mourra... » (Marc)

 
 

« Pas n'importe quelle BMW. Une BMW 750 ! Avec 12 cylindres. En 'V'. Et je consomme un max. Et je POLLUE un max ! Et je vous emmerde ! »

(Marc, 4 janvier 2006)

 
 

« On branchera le barbecue et tu feras tes petites poteries en macramé. »

(Jean-Charles à Sylvain)

 
 

« Le X10, c'est une norme de domotique par courant porteur. »
(Sylvain)
« Par colporteur ? »
(Jean-Charles)

 
 

« Du veau, M. Pittet. Du veau dans le risotto ! »

(David, par mail)

 
 

« Là tu fais un surcadrage pour volontairement plomber l'idée. »

(Sylvain, 7 décembre 2005)

 
 

« Toute ta vie, tu seras au futur ! »

(Jean-Marc à Marc,
7 décembre 2005)

 
 

« Ce n'est pas une polémique, c'est tout au plus ce que les horlogers appellent une complication. »

(Jean-Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« Tout ça devient un peu trop politiquement correct, bordel de merde ! »

(Marc, 7 décembre 2005)

 
 

« C'est un budget irréaliste ! »
(Jean-Marc)
« Non, c'est un budget d'enthousiasme ! »
(Sylvain, 9 novembre 2005)

 
 

« Le pire là-dedans, c'est que madan, Romain et moi allons financer votre enthousiasme. Et ça, ça me fait mal au Q. »

(Jean-Marc, 9 novembre 2005)

 
 

« Autant pour moi. J'étais un peu premier degré, là. »

(Romain, 9 novembre 2005)

 
 

« C'est la solidarité des pisse-copie ! »

(Jean-Marc, fièrement, 9 novembre 2005)

 
 

« Tous mes collègues sont pour la Suisse, pour Berne pi pour Thoune. Et moi je les emmerde ! »

(madame tiscali, 12 octobre 2005)

 
 

« Il est où Marc ? Il doit être en train de faire un e-mail. C'est que ça doit prendre du temps, toutes ces dates de concerts à ajouter en bas de la signature... »

(Sylvain, 12 octobre 2005)

 
 

« T'es ni Violeau ni Pieroni, parce qu'on est Liverpool. »

(Romain à Jean-Louis)

 
 

« Ce que je suis mauvais avec un PC de merde ! »

(Sylvain, 7 septembre 2005)

 
 

« Dans le cochon, tout est bon. Sauf Sylvain. »

(Jean-Marc)

 
 

« On joue à quoi ? »

« Ben on commence par un feuille-caillou-ciseaux et après on fait un zig-zag-zoug géant... »

(Serge)

 
 

(Bâillement)

« Ca, c'est la fin de l'effet Romain »

(Jean-Marc)

 
 

« Ça, c'est le mur que t'as eu. Il bougera plus, lui »

(Jean-Charles)

 
 

« C'est pas du flashback d'homosexuel, ça ! »

(Serge)

 
 

« Je me suis offert à ton épée. »

(David)

 
 

« Le thon, c'est bon. Une boîte pour deux, c'est peu. »

(Jean-Charles)

 
 

« Hou la... elles sont pas chères, ces places ! »

(David, posant ses fesses sur le parquet)

 
 

« Les robots ont le coeur dans le pied »

(Sylvain, 3 août 2005)

 
 

« Mieux vaut être mort que moche »

(Marc, 3 août 2005)

 
 

« Y a pas le Brésil ? » (Serge)

« Non, c'est l'Euro... »
(les autres)

 
 

« Qui prend un verre de lait ? Personne ? Hallucinant ! »

(Jean-Louis)

 
 

Péter plus haut que son Q c'est pas facile. Faut roter, en fait.

 
 

Masky c'est un accusateur précoce.

 
 

Des nuisances chez Tcharles ? Oui c'est toi la plus grosse, Vincent Tim !

 
 

Merde! On aurait pu faire une chinoise ce soir!

 
 

A l'envers ça va aussi.

 
 

Je peux pas faire de miracle avec un 35.

 
 

« Faites quelque chose de votre vie et je parlerai de vous. »

(Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« Ça manque de filles ici? Ben non, quand y a besoin, y a la voisine. »

(Romain, 3 décembre 2008)

 
 

« Gromar, il s'écoute perler. »

(Jean-Marc, 3 décembre 2008)

 
 

« - J'ai été engagé pour trouver un groupe pour le mariage d'un joueur de Manchester United. (Marc)

- Quel rapport avec le célibat ? (Jean-Louis)

 
 

« La prochaine fois, c'est moi qui paie les bolets. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Quand je te vois, j'ai envie de faire de la lutte. »

(Sylvain, 1er octobre 2008)

 
 

« Ce soir, on va être bourrés. En tout cas moi. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« - Elle est où, la place de Jean-Marc ? (Jean-Charles)

- Dans la cuisine ! (Philippe)

 
 

« Le boucher avait proposé de nous faire des filets de perche, mais ça a dû tomber à l'eau. »
(Daniel, 1er octobre 2008)

 
 

« A Genève, ils sont quand même un peu plus cons qu'ailleurs. »

(Marc, 1er octobre 2008)

 
 

« Aarau, c'était génial, j'ai adoré. Mais 'faut y être né pour apprécier. »

(Jean-Louis, 3 septembre 2008)

 
 

« - C'est normal, la bouteille de Villette au congél' ? (Philippe)

- Oui, tu peux la sortir. (Jean-Charles)

 
 

« Tu peux la noter »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« QUand tu veux faire chier des gens, 'faut les faire chier tous ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« C'est la mère de toutes les radios, t'aurais dû l'enculer ! »

(Sylvain, 3 septembre 2008)

 
 

« Quand y a des cons, j'arrive ! »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Des fois, je me plais assez »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« T'as du renvoi, tu l'exploites ! »

(Jean-Charles, 3 septembre 2008)

 
 

« Je n'encule pas les gens, moi. J'encule les mères des gens. »

(Marc, 3 septembre 2008)

 
 

« Il est assez cher comme garagiste, mais j'ai des tours en hélico gratuits. »

(Marc, 4 juin 2008)

 
 

« Si tu veux comprendre comment le car arrive au passage à niveau, il faut écouter Gromar. »

(Jean-Charles, 4 juin 2008)

 
 

« Le journaliste est l'épicier intellectuel du con. »

(Sylvain, 4 juin 2008)

 
 

« Swisscom lance l'iPhone le 11 juillet et PIMboula le lâche le 2. »

(Philippe, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis entièrement d'accord avec toi, Gromar. »

(Jean-Marc, 6 août 2008)

 
 

« Tu penses qu'il n'y a pas de mouvement convexe dans le pinard ? »

(Sylvain, 2 juillet 2008)

 
 

« Je suis la Evelyne Widmer Schlumpf du first wednesday. »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« Je pense qu'il y a des autruches intelligentes. »

(Philippe, 7 mai 2008)

 
 

« Le langres, c'est l'époisse du riche. »

(Jean-Charles, 7 mai 2008)

 
 

« Si je tombe sur un truc facho, eh ben je jouerai quand même ! »

(Marc, 7 mai 2008)

 
 

« J'avais un bon copain gay et un jour je l'ai perdu de vue.
- C'est parce qu'il est passé derrière !» (David et Phil, en choeur,
5 mars 2008)

 
 

« Le problème, c'est que c'est devenu un étalon. Pas Gromar, son vin. »

(Philippe, 5 mars 2008)

 
 

« Comment est-on passé de Ghostbusters à l'éjaculation ? »

(Jean-Charles, 5 mars 2008)

 
 

« L'éternuement est une porte ouverte sur une autre dimension. »

(Sylvain, 5 mars 2008)

 
 

« Je serai très généreux quand je serai riche, mais ça sert à rien de m'emmerder tant que je suis pauvre. »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« C'est qui ce con de singe, bordel ? »

(Romain, 6 février 2008)

 
 

« Non content d'être végétarien, il boit du Coca light, ce con ! »

(Marc, 6 février 2008)

 
 

« Cette voiture rose ira parfaitement avec les faux nichons de Tcharles. »

(Sylvain, 23 janvier 2008)

 
 

«- Parfois je dis ce qui me passe par la tête (Jean-Charles)
- Et parfois tu l'écris ! » (Jean-Marc, 23 janvier 2008)

 
 

« Il y a un temps pour la romance et il y a un temps pour le frag. »

(Romain, 5 décembre 2007)

 
 

« Toi au fond, je sais pas pourquoi je t'aime bien. »

(Sylvain, 5 décembre 2007)

 
 

« Mais non, pas besoin d'être vulgaire. Dis-lui qu'on l'encule ! »

(Marc, dictant un message adressé au boucher)

 
 

« Toi, quand on veut quelque chose de bizarre, on n'a qu'à t'appeler ! »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Quand tu tombes sur des frouzes, tu te fais mettre grave ! Si tu tombes sur des ricains, tu te fais mettre aussi, mais moins... »

(Marc, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, nous avons TON triomphe modeste. »

(Sylvain, 17 octobre 2007)

 
 

« Marc, tu as les clés du palais de la mauvaise foi. »

(Sylvain, 6 septembre 2007)

 
 

« J'ai beau réfléchir, je ne vois pas ce qui peut être moins intéressant que le rugby. »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« 'Fait chier ce mec, je dois me servir moi-même ! »

(Marc, 6 septembre 2007)

 
 

« Ce vin est agréablement bouchonné »

(Jean-Charles, 6 septembre 2007)

 
 

« Président, mais tu portes une veste de cantonnier ? » (Phil)

« Toi, du balai ! » (Sylvain)

 
 

« Jean-Louis est pas là, alors on va peut-être pouvoir regarder le film dans des conditions à peu près agréables !

(Romain, 19 juillet 2007)

 
 

« On va pas se faire chier, on tape dans le lourd. »

(Jean-Charles, 19 juillet 2007)

 
 

« Se faire sucer par Scarlett, c'est l'aboutissement de toute une vie. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Quand le boucher s'y met, c'est le mime morceau. »

(Sylvain, 18 juillet 2007)

 
 

« Il n'a pas que des qualités, mais il est fort. »

(Jean-Charles, 18 juillet 2007)

 
 

« Ce journaliste était un vrai connard (Sylvain)

Pourquoi ? Parce qu'il était pas de ton côté ? (Jean-Marc) »

 
 

« Il est pas mauvais, mais c'est un Pommard. »

(Phil, 18 juillet 2007)

 
 

« Sur quoi on va polémiquer si y a pas ce con de Gromar ? »

(Jean-Marc, 18 juillet 2007)

 
 

« Je suis pour la norme supérieure. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Je suis le roi de la tapette. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« Partir avec une rouquine au soleil, c'est pas forcément une bonne idée. »

(Sylvain, 6 juin 2007)

 
 

« Tu peux me serrer ce que tu veux. »

(Phil, 6 juin 2007)

 
 

« Je me coince ici, comme ça je ne pourrai pas me lever pour vous aider. »

(Marc, 6 juin 2007)

 
 

« La vraie vie ne fait pas toujours un bon film. »

(Romain, 6 juin 2007)

 
 

« Non, pas le doigt ! »

(Tcharles, 2 mai 2007)

 
 

« C'est où qu'on se soigne ? On se soigne pas, dans ce jeu ! »

(Romain, 2 mai 2007)

 
 

« L'avantage avec les nazis, c'est que ça fait plaisir de les buter. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Je n'ai jamais aimé Kung Fu Chaos. je faisais semblant pour vous faire plaisir. »

(Marc, 2 mai 2007)

 
 

« Mouhahahahahahahaha ! D'habitude, je suis PAS comme ça. »

(Jean-Charles, 4 avril 2007)

 
 

« Question marketing et com, moi je dis l'Iran, bonjour ! C'est autre chose que la Migros. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu devrais faire journaliste avec des théories comme ça, Lambelet. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Les enchères vont monter et ça va faire un scandale. Tu peux le noter. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tu es le mec avec la plus grande mauvaise foi que je connaisse. Tu es mon maître. »

(Sylvain à Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Achète-toi une Audi, Romain comprendra. »

(Jean-Marc, 4 avril 2007)

 
 

« Tout le monde va à la Migros. Bon, moi je vais à la Coop, car je roule en BM. »

(Marc, 4 avril 2007)

 
 

« J'ai un M600 que je donne à bon prix. »

(Sylvain, 4 avril 2007)

 
 

« Mieux vaut un petit coup dans le nez qu'un grand coup dans le Q ! »

(Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« Vous ne savez pas ce que c'est d'être un oiseau à la campagne en plein hiver. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Michel Delpech, c'était de la merde. » (Jean-Charles)

« AH NON ! » (Marc et Sylvain en choeur, 7 mars 2007)

 
 

« C'est vrai que c'est extraordinaire, mais bon... »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« On a vécu le pire de la variété française. On est une génération sacrifiée. »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« J'aurais fait un très bon dictateur. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Je le voyais tellement peiné. » (Sylvain)

« Al'arabbiata ? » (Philippe, 7 mars 2007)

 
 

« T'as pas de la musique plus de merde ? » (Philippe)
[plus tard]
« Il avait ! » (David, 7 mars 2007)

 
 

« La régie Prahin ? Ceux qui font passer Bernard Nicod pour un humaniste ? »

(Jean-Charles, 7 mars 2007)

 
 

« Il y a un temps pour payer de sa personne et il y a un temps pour cachetonner. »

(Marc, 7 mars 2007)

 
 

« Ceci est un bazooka. Une arme sobre qui élève l'âme. »

(Jean-Charles)

 
 

« Manette ? » (Romain)

« Euh ouais. Tête de nègre aussi. » (David)

 
 

« C'est un truc électrique développé à Baïkonour ? » (Jean-Marc)

« Non, c'est français monsieur. » (Jean-Charles)

« Ah... alors c'est pas ça. » (Jean-Marc)